Kill my Blonde

Par - 10:00:00




Auteur : Cécile Benhamou
Edition :
La Bourdonnaye
Parution :
15 octobre 2015
Pages :
192p.
Prix :
14,00€ (format papier) / 6,99€ (format numérique)
Note : 7 / 20






Résumé : Stella se rêve en femme libre. Elle suffoque dans une existence qu’on voudrait baliser et normer pour elle. Pour son bien. Pour les convenances. Alors elle se révolte et ne respecte rien. Surtout pas son corps, dont elle fait ce qu’elle veut avec qui elle veut. Mais les rencontres des nuits superficielles s’évaporent comme des auréoles au petit matin. Et il n’en reste rien. Mauvaise mère, mauvaise épouse, mauvaise amie, mauvaise personne, voilà tout ce que la société comme il faut reproche d’être à Stella.
Pour demeurer vivante, elle doit rire de ce jugement inquisiteur. Un jour, elle largue les amarres, elle part en quête de son oxygène et s’exclut de tous les systèmes en place. C’est au bout de son voyage, au bout de ses excès, au bout d’elle même, qu’avec la flamboyance des éternels elle brise ses chaînes invisibles et conquiert sa liberté. À quel prix…

Mon avis :
       
 Me voici avec un partenariat avec les éditions La Bourdonnaye concernant une fiction de Cécile Benhamou qu'est le roman Kill my blonde. Le résumé au premier abord m'a beaucoup plus et je le trouvais assez original, sortant des livres que j'ai pu lire jusqu'à maintenant. Or, il s'avère que j'ai été assez surprise par l'histoire de Stella, jeune femme que l'on pourrait qualifier de perdue dans une société qui ne lui correspond pas du tout. Le thème en lui-même est assez intéressant, d'ailleurs on ressent beaucoup l'influence de la Beat Generation chez l'auteure, mais hélas je n'ai pas du tout été transportée. D'ailleurs j'ai même été quelque peu « choquée » par le début avec des scènes de sexe assez vulgaires car décrites très explicitement.

J'ai trouvé le livre très long dans son fond, avec le parcours de Stella qui traîne un peu en longueur, quoique parcours est un mot qui me semble inapproprié, je dirai plutôt sa découverte d'elle-même ; mais aussi dans sa forme, il y a énormément de chapitres même s'il est vrai qu'ils s'avèrent assez courts. Aimant le suspens, j'ai donc été déçue car nous avons le parcours psychologique de cette femme qui recherche sa place dans un monde qui ne lui correspond pas et qui tourne un peu en rond je trouve.
Malgré ces défauts, l'écriture de l'auteure est très agréable, et Cécile Benhamou à son propre style, on ne voit pas de copier/coller avec d'autres auteurs. Tout comme sa protagoniste, on sent qu'elle se détache des autres d'un certain côté. Et ce livre, malgré la distance que j'ai pu ressentir, nous fait énormément réfléchir sur nous, sur la société et notre place dans celle-ci, ce qui est fort intéressant.

« La vie est cependant plus forte que la mort, parce que la connaissance de son déroulement nous reste inconnue jusqu'à la fin. La mort est certaine. Seule la manière de franchir la limite demeure ignorée. Ce passage nous effraie bien un peu de temps en temps, mais on se dit que, sur la longueur d'une vie, il ne devrait pas durer trop longtemps. Nous faisons alors en évitant d'y songer. En revanche, nous ignorons, chaque minute précédant la prochaine, ce qui arrivera, ce que l'on s'imaginera improviser dans cet arcane mystérieux et potentiellement intéressant ».

 

Il y aussi ceci

0 commentaires

Merci pour votre commentaire :)
A bientôt !

S'ABONNER AU BLOG

* indicates required