A demain, Lou

by - 06:00:00



Auteur : Marie-Claude Vincent
Éditeur :  Robert Laffont

Genre : Roman
Parution : 7 avril 2016

Pages : 168

Prix : 16 € (format papier) / 10,99 € (format numérique)

Note : 17 / 20








Résumé :

Ça ressemble à quoi la vie, à douze ans, quand le bonheur se fracasse ?

Elizabeth, Lou et la petite Laura forment avec leurs parents une famille unie et joyeuse. Jusqu'au jour où Eli part passer le week-end chez une amie et ne revient pas. Bloquée par le silence des adultes, Lou n'ose pas poser de questions. Le corps pressent ce que l'esprit refuse d'accepter, mais admettre qu'Eli est morte serait plus terrible encore que ce mutisme qui, peu à peu, empoisonne tout.

C'est sur cet événement que Lou revient à la veille de ses seize ans, l'âge d'Eli à sa disparition. Comment continuer à vivre sans cette grande sœur qu'elle chérit tant ? Comment se résoudre à devenir plus vieille qu'elle ? Comment cesser d'être « la petite sœur d'Eli » ? Il va bien falloir, pourtant, passer ce cap…





Mon avis :

        Je remercie les éditions Robert Laffont pour l'envoi de ce roman.

Marie-Claude Vincent aborde dans son roman A demain, Lou, comme vous avez pu le voir dans le résumé, la perte d'un être cher, ici la grande sœur de Lou, Élisabeth. Ce livre est tout bonnement unique dans le sens où je n'ai lu aucun roman qui décrivait de façon si vraie et poétique la perte d'un être qu'on aime, je n'ai jamais ressenti auparavant ce que j'ai pu percevoir avec ce très beau roman.

Dans celui-ci, l'auteur nous met surtout face au personnage de Lou, la deuxième du trio des sœurs. Elle nous expose le ressenti de cette jeune fille qui a seize ans revient sur la perte de sa sœur survenue quatre ans plus tôt. L'âge n'est bien sûr pas pris au hasard car Élisabeth est décédée lorsqu'elle avait seize ans, et Lou n'arrive pas à se dire qu'elle peut devenir plus vieille que sa sœur aînée… Lou est vraiment un personnage très touchant, profondément blessée par une grande perte qui lui a fait perdre une part d'elle-même car sa grande sœur était pour elle un modèle, et au fil des pages qui défilent l'on observe son évolution suite à ce décès grâce à une rétrospection qu'elle se fait sur elle-même et qui va jusqu'à l'instant présent de ses seize années passées.

L'écriture de l'auteure est tout simplement magnifique, poétique, simple et pourtant chargée de tellement de sentiments… J'ai trouvé original que Marie-Claude Vincent ne fasse pas de chapitres mais choisisse plutôt quatre grandes parties que sont « Le silence », « Le vide », « Le décompte », et « Le rendez-vous » car ce sont toutes une part de la vie de Lou, et elles sont donc hautement symboliques.

Ce livre m'a vraiment plu donc grâce à son écriture, mais surtout grâce au choix du sujet qu'à fait l’écrivain, ce livre m'a beaucoup parlé dans le sens où dans ma vie personnelle j'ai pu, moi aussi, perdre un être qui m'était cher de façon brutale sans qu'on s'y attende, certes ce n'est pas une sœur (j'ai de la chance de les avoir autour de moi et je profite d'elles chaque jours qui passent), mais mon père, il y a de cela trois ans environ… J'ai pu avoir plus d'une fois les larmes à l’œil car je me reconnaissais dans certaines situations que l'auteur exploite dans son roman comme le déni, le souvenir de la personne, se dire que chaque mot, chaque geste est important car tout peut s'en aller d'un coup… C'est un très beau roman que je conseil vraiment à tous, aucun mot ne peut réellement retranscrire tout ce qu'il peut inspirer au lecteur qui l'a entre les mains.



« Le silence cache toujours quelque chose. »



« On dit que la voix, c'est ce qui disparaît en premier. On peut se souvenir très longtemps du regard, du satiné d'une peau, de l'emplacement d'un grain de beauté, de l'odeur d'une chevelure. Mais la voix, le rire, les particularités d'un accent, tout cela s'évanouit. On a beau essayer de se souvenir de toutes ses forces, le chant singulier d'une voix tombe en premier dans l'oubli. »



« L'âge où on croit que rien, jamais, ne va casser ou disparaître. »



« Avoir l'âge de raison, c'est cesser de croire à tout prix. »

Armony

You May Also Like

1 commentaires

  1. Je viens de le terminer, et j'ai moi aussi beaucoup aimé ce roman, qui m'a vraiment émue...

    RépondreSupprimer

Merci pour votre commentaire :)
A bientôt !