La soledad

by - 07:45:00

Auteur : Natalio Grueso
Genre : Contemporain
Édition : Les Presses de la cité
Nombre de pages : 315p.
Prix : 20.00
*Commandez sur: Amazon//Decitre*
Ma note : 15/20







Résumé :
Bruno Labastide est venu s’installer à Venise, dans le quartier de Dorsoduro, au terme d’une vie bien remplie durant laquelle il n’a cessé de parcourir le monde. Cela fait bien un an qu’il y réside, lorsqu’un jour, il voit une jeune Japonaise d’une beauté stupéfiante passer devant le café où il a ses habitudes. C’est le coup de foudre. Mais cette dernière, Keiko, ne lui concédera une nuit d’amour que s’il parvient à l’émouvoir avec un poème ou une histoire… Mais par laquelle commencer ?
Mon avis :
Je remercie tout d’abord Les Presses de la cité pour cette découverte poétique et originale ! Au fur et à mesure de la lecture, nous découvrons diverses nouvelles touchantes qui dans un premier temps peuvent être déroutes et pourtant, un fil conducteur les traverse faisant de ce roman une jolie découverte pour cette rentrée littéraire.

C’est une jolie prise de risque de la part de l’auteur car changé ainsi de décors -nous voyageons dans plusieurs pays, faisons face à plusieurs personnages,- peut déconcerter le lecteur et le perdre parfois. De plus, vu que nous changeons constamment d’histoire, le lecteur ne peut pas s’attacher à un personnage. Pour ma part, c’est important et lorsque j’ai commencé ce roman, j’ai eu un peu de mal pour être sincère. Cependant, la démarche de l’auteur m’a intéressé et je n’ai pas regretté d’avoir continué.

C’est tout le fond de l’intrigue de base puisque Bruno Labastide va écrire à Keiko pour passer une nuit avec elle. Ceci est une règle de cette femme qui attend de son amant d’une nuit de la faire rêver et de la toucher. C’est vraiment le gros point fort dans l’écriture de l’auteur : la plume se fait poétique et touchante. En effet, le « personnage principal » même si je ne suis pas certaine que c’est le meilleur terme pour parler de Bruno est seul et on se rend compte au fur et à mesure de l’histoire de la signification du titre de ce roman « La soledad », autrement dit la solitude. Ce personnage raconte ses voyages, ses rencontres au travers de ces nouvelles mais une chose reste : la solitude que le personnage éprouve et qu’il raconte à Keiko qui finalement, est aussi seule que lui.


C’est donc un roman original pour la façon dont l’auteur à aborder le thème de la solitude (même si via ces petits récits, il parle de différents sujets) et qui est un roman que je ne peux que vous conseiller de le découvrir. Seulement, il faut un « effort » de votre part pour faire avec cet angle que l’auteur à emprunter pour faire passer son message.

You May Also Like

0 commentaires

Merci pour votre commentaire :)
A bientôt !