Outlander: le chardon et le tartan

by - 00:00:00





Auteur : Diana Gabaldon // Édition J'ai Lu // Pages : 600p. // Prix : 16.00€ //
Genre : Fantasy, Romance // Ma note : 14/20


Résumé
 :
1945. Claire passe ses vacances en Écosse, où elle s'efforce d'oublier la Seconde Guerre mondiale auprès de son mari, tout juste rentré du front. Au cours d'une balade, la jeune femme est attirée par un mégalithe, auquel la population locale voue un culte étrange. Claire aura tôt fait d'en découvrir la raison : en s'approchant de la pierre, elle se volatilise pour atterrir au beau milieu d'un champ de bataille.

Le menhir l'a menée tout droit en l'an de grâce 1743, au coeur de la lutte opposant Highlanders et Anglais. Happée par ce monde inconnu et une nouvelle vie palpitante, saura-t-elle revenir à son existence d'autrefois ?


Mon avis :
C'est grâce à quelques extraits vus en vidéos que j'ai découvert cette série de romans, et je me suis lancée dans cette aventure littéraire, magique et historique !
Malgré un début très détaillé avec de l'humour qui essayent de mettre en confiance le lecteur, j'ai eu du mal à rentrer dans l'histoire, ce qui est peut-être dû -pour une grande part je pense- à l'abondance de descriptions de divers éléments qui peuvent être certes intéressantes, mais aussi très longues et ennuyeuses. Ce n'est véritablement qu'au chapitre 3 que le récit m'a intéressée, c'est à ce moment que l'action se met en place et c'est à cet instant également que j'ai commencé à ressentir des émotions lors de ma lecture et qui sont apparues également à diverses occasions prouvant alors tout de même que malgré un début raté, j'ai été transportée dans cette Écosse des années 1740.
Concernant les personnages principaux que son Jamie Fraser d'une part (dont j'ai été quelquefois choquée par le comportement, mais cela étant justifié d'une certaine manière par l'époque dans laquelle se situe l'histoire) et Claire Beauchamp, c'est qu'ils n'apparaissent nullement en héros « pur et dur » contrairement à d'autres romans qui peuvent nous faire sentir leurs personnages comme parfaitement accomplis et en faisant une apologie du bien. C'est pour cela, je pense, qu'on peut les apprécier, d'autant plus que malgré leurs défauts ils sont nuancés contrairement au personnage machiavélique de Jonathan Randall pour lequel j'ai éprouvé un immense mépris (et le mot est faible!) mais qui néanmoins est intéressant par sa complexité.
Au sujet de la technique d'écriture de l'auteur, on observe que celle-ci est fluide, agréable à lire, et que tout au long de ces 600 pages (un gros livre en somme!), elle tient une parfaite logique narrative. Le seul bémol concerne, à mon vais, le titre des chapitres qui sont trop évocateurs et qui gâchent un peu le surprise de la lecture. De plus, j'ai été surprise de la présence d'un chapitre entier pour lequel je me demande encore qu'elle est sa place ici : « Le cheval des eaux », alors certes il sert à un moment du livre, et encore ce n'est qu'un détail qui est rappelé, mais de là à en faire un chapitre... Je suis encore très perplexe à ce sujet, alors si vous souhaitez m'éclairer à ce sujet, n'hésitez pas, j'en serais très heureuse !


Armony

You May Also Like

0 commentaires

Merci pour votre commentaire :)
A bientôt !